Paul Banks était aux Docks, le 31 janvier

Cette soirée prend son envol avec le groupe Josef Of The Fountain, littéralement sur la piste du décollage. Un groupe aux influences résolument british, l’accent en moins, mais qui a le mérite d’apporter un peu de fraicheur dans la scène rock Suisse.

La première chanson terminée, le chanteur lance un « maarci » et un « thanks »: de la part d’un groupe francophone, face à un public francophone, le sourire est inévitable.

Le chanteur fait preuve d’un enthousiasme énergique que ne semblent malheureusement pas partager les autres musiciens, chacun quelque peu isolé dans son jeu.

Joseph Of The Fountain possède en outre de très bonnes influences musicales, qu’ils n’hésitent pas à afficher, se réclamant du chanteur à la tête de l’affiche de cette soirée : Paul Banks.

Un jeune groupe à surveiller donc : si ce concert nous laisse sur notre faim, Joseph Of The Fountain ne tarderont certainement pas à combler nos attentes … Deuxième chance au Caprice Festival en avril prochain!

Lire la suite

Publicités

Merveilleux Aladin à l’Opéra de Lausanne

Si le récit d’ « Aladin et la lampe merveilleuse » est légendaire, le conte lyrique de Nino Rota a connu sa première production suisse en français à l’Opéra de Lausanne, vendredi 25 janvier. Sur scène, un patchwork de tapis d’orient se déploie vers le ciel, tel un lien entre les hommes et les étoiles. Car ici, c’est bien d’un conte des Mille et une Nuits qu’il s’agit. Le jeune Aladin, trompé par un sombre mage usurpateur, rencontre deux génies farfelus – le génie de l’anneau et celui de la lampe, puis tombe sous le charme de la princesse Badr’al-Budur. Mais le personnage central de la production, c’est le livre: un livre à hauteur d’homme, support aux rêves et péripéties du jeune héros.  Waut Koeken signe une mise en scène audacieuse, simple et touchante.

Côté musical, quelle surprise! Un opéra qui n’en est pas un, des chanteurs extrêmement comédiens… seul l’orchestre, très bien mené par Hervé Klopfenstein, a de temps à autre pêché par excès d’enthousiasme, rendant la tâche parfois difficile aux chanteurs. Parmi eux, nous retiendrons la délicieuse Alexandra Hewson dans le rôle de la princesse: un sourire enchanteur, un timbre délicat, sans forcer.
Les enfants – petits  et grands – ont laissé exploser leur joie à de multiples reprises. Une pluie de bonbons à la fraise, invitant le public à la fête, a surpris les regards émerveillés. Ce n’était peut-être qu’un clin d’œil, rappelant que l’imagination et la réalité sont deux vérités bien proches.

4. Aladinphoto Alain Kaiserlight

La vue, plus belle que jamais, à la fondation de l’Hermitage à Lausanne

Fenêtres, de la renaissance à nos jours, une exposition exceptionnelle à découvrir du 25 janvier au 20 mai 2013

La fondation de l’Hermitage accueille pour la première fois une exposition consacrée à un thème iconographique. La fenêtre, une image qui traverse l’histoire de l’art occidental depuis la Renaissance et qui est déclinée ici en 150 oeuvres. Parmi les artistes, Albers, Amiet, Bonnard, Valotton, Dürer, Ernst, Magritte ou encore Matisse, sans oublier Picasso ou Monet : cette exposition est ambitieuse et c’est une vraie réussite.

Si le 19ème siècle est à l’honneur, lieu oblige, c’est tout un parcours que suit le visiteur, depuis les premières fenêtres, au 17ème, jusqu’aux fenêtres du 20ème. Sous toutes ses formes, la fenêtre reste chargée de sens : qu’on la distingue à peine, qu’elle soit le cadre ou le sujet même du tableau, elle est porteuse d’une symbolique sans cesse explorée par les artistes. Au seuil entre l’intérieur et l’extérieur, entre le rêve et la réalité, entre le désir et son objet, la fenêtre fascine et devient obsédante.

L’exposition souligne également l’évolution de l’utilisation de la fenêtre dans l’histoire de l’art : si dans les premiers travaux sur la perspective, suite à la publication de De Pictura en 1436 par Leon Battista Alberti, la fenêtre n’était que support, simple grille de travail, elle devient au fil des siècles partie intégrante des oeuvres, jusqu’à en être de plus en plus souvent le sujet même, dès le 19ème siècle.

Une exposition très bien construite, étonnante et pleine de poésie, mise en place en collaboration avec le Museo Cantonale d’Arte de Lugano et l’Accademia di Brera de Milan, qui aura demandé plus de sept ans de travail et de recherches. Entre les murs de l’Hermitage, elle prend plus que jamais sens, ponctuée de lumière grâce aux nombreuses fenêtres que compte la maison elle-même.

A ne manquer sous aucun prétexte!

MAGRITTE Eloge de la dialectique

Cully Jazz Festival 2013 : du soleil pour Cully, de l’espoir pour le Mali

Du 5 au 13 avril, rendez-vous dans les ruelles, les caveaux et les salles du Cully Jazz Festival !

« En 2012, la musique a été belle, mais il a fait un temps de chien » : résume le président du festival avec humour. Pour 2013, on espère bien voir le soleil !

Encore une fois, les programmateurs se sont surpassés : il y aura le jazz pur avec Eric Truffaz, Lizz Wright ou Jacky Terrasson. Il y aura du jazzrap, avec Oxmo Pucino et Gaël Faye. Il y aura les touches d’exotisme venues de Cuba, des Balkans, du Portugal ou de Turquie, avec Yilian Cañizares, Elina Duni, Luisa Sobral ou Taksim trio. Il y aura surtout les musiciens maliens, à l’honneur cette année, qui par leur musique, enverront un message d’espoir vers leur pays d’origine.

L’édition 2013 sera plus que jamais culliérane, grace à la toute nouvelle mise en place d’une commission pour la médiation culturelle, qui prend à cœur d’ouvrir le festival non seulement aux spectateurs, mais également aux habitants de la commune au travers de concerts pour les enfants, d’activités socioculturelles pour les jeunes et les aînés. Le programme des concerts pour enfants sera bientôt disponible sur www.cullyjazz.ch!

Découvrir le programme complet du festival.

Affiche F4_hautedef

Nyon et sa région soutiennent l’Usine à Gaz

Vendredi 11 janvier, l’Usage à Gaz, la Ville de Nyon et le Conseil régional Régionyon ont signé une convention, afin de soutenir la salle culturelle nyonnaise.

Pour Daniel Rossellat, syndic de la commune, « Nyon est une ville de sport et de culture ». « La culture est une affaire de la région, au-delà des villes », renchérit Gérard Produit, responsable du département Culture au sein de Régionyon. Cette convention quinquennale projette un soutien de CHF 380’000.- de la part de la ville, et de CHF 50’000.- venant de la région, pour la seule année 2013. On verra ensuite les montants évoluer progressivement, jusqu’à atteindre un plafond cumulé de CHF 510’000.- en 2017.
En 2015, l’Usine à Gaz fêtera ses 20 ans. Lieu culturel incontournable de l’association éponyme, présidée par Monique Chevallay Piguet, l’Usine à Gaz propose entre 65 et 70 spectacles par an, ayant pour objectif de représenter la scène romande régionale. Avec pour devise « professionnalisme, prise de risque et création », l’Usine à Gaz assure la promotion d’artistes locaux – sur scène, mais aussi en résidences, et met ses locaux à disposition du FAR° (Festival des Arts Vivants) et du festival de cinéma Visions du Réel.
Comment seront attribués les fonds ? « Notre équipe tourne en surrégime ; plusieurs postes à temps partiels seront créés », explique Monique Chevallay Piguet. L’Usine à Gaz, électron libre de la scène culturelle romande, entre dans sa vingtième année avec enthousiasme, des projets plein le cœur et la tête.

https://i1.wp.com/www.nyon-tourisme.ch/multimedia/images/img_traitees/2009/03/37_1_large.jpg

Programme et news sur le site de L’Usine à Gaz.