Des textes qui prennent vie

Pour se rendre au théâtre, il faut parfois passer par quelques rues étroites de la Vieille-Ville de Genève. De nuit, la balade est dépaysante, qu’on découvre les lieux ou que l’atmosphère tranquille de la zone piétonne nous soit familière. Du 17 février jusqu’au 1er mars, ce voyage permet de découvrir Manifesto(ns) !, la dernière production du POCHE/GVE

Texte: Maëllie Godard

Photo: Samuel Rubio

Le théâtre POCHE est petit, intimiste et chaleureux. Quand on entre dans la salle, les comédien·ne·s Christina Antonarakis, Wissam Arbache et Marie-Madeleine Pasquier, nous accueillent. La troupe forme un trio hétérogène. Sur le petit espace qu’ils·elles occupent, des chaises, des feuilles, des chaussures et quelques autres objets sont éparpillés. Après avoir brièvement expliqué que la représentation consiste en une série de lecture, une actrice saisit timidement une feuille puis commence à la lire à tâtons.

Le projet de Manifesto(ns) !  c’est de « convoquer les auteures et les penseuses d’aujourd’hui et d’hier dans un cri collectif, un rituel ». Pour cela, Joséphine de Weck, metteuse en scène de l’un des deux opus, a choisi Jean-Luc Lagarce, Nicoleta Esinencu, Alexandre Ostrovski, Paul B. Preciado, Bruno Latour, Pauline Boudry, Renate Lorenz et Fouza Al-Youssef. 

Les acteur·trice·s font humblement le pont entre nous et des auteur·e·s d’ici et d’ailleurs. Ils·elles ont beau se faire tout·e petit·e, la puissance des textes les grandit. La parole porte des revendications,  répond à une envie de s’exprimer, d’être écouté·e, entendu·e, et d’exister librement. Il s’agit ici des jeunes moldaves qui s’endettent pour vivre le rêve américain, de la participation des femmes dans le mouvement de libération kurde des années 70, de la vocation et du devenir de l’Europe, de la représentation de tous les groupes d’individu·e·s, … Les textes s’entremêlent, se répondent. Ce qu’ont en commun tous ces discours, toutes ces lettres, ces récits, c’est la volonté de dénoncer une réalité aliénante. Et l’acte de parole est comme une impulsion nécessaire.

Ce qui pourrait être une lecture longue et fastidieuse de textes sans rapports directs devient ici un moment de théâtre et de partage. Les comédien·ne·s donnent vie aux revendications. Où se trouve la limite entre le discours sincère, le crie à la liberté, et le discours politique démagogue? Professionnel·le·s de l’art de la parole, ils·elles jouent avec cette frontière. On rit, on trinque, on est touché·e parfois. Des feuilles sont lancées à travers la salle alors que la troupe se laisse porter par la musique.

Photo: Samuel Rubio

La représentation se termine après que les acteurs ont quitté la scène. Le plateau est d’abord dans la pénombre. Puis un ventilateur se met à tourner, éclairant progressivement le plateau. Alors que la puissance augmente, les textes éparpillés sur le sol s’envolent. On sent quelques grains de sable projetés sur nos figures. Sans personne pour lire ces mots, sont-ils plus qu’un cri dans le désert?

Manifesto(ns) !
Jusqu’au 1er mars 2020

Opus de Joséphine de Weck: 24 et 27 février
Opus de Sarah Calcine: 25 et 28 février
Soirées intégrales présentant les deux opus (1h50) de Sarah Calcine et Joséphine de Weck: 29 février et 1er mars
www.poche—gve.ch

Prix de Lausanne 2020

La finale de la 48e édition du concours international Prix de Lausanne, visant à mettre en valeur les jeunes danseurs et danseuses de 15 à 18 ans au début de leur carrière, a eu lieu le 8 février 2020 à Montreux. L’Agenda a saisi l’occasion de contempler la beauté des artistes et de suivre une compétition effrénée entre eux pas à pas.

Texte: Margarita Makarova

Marco Masciari © Gregory Batardon et Rodrigo Buas

Parmi les premiers délices de la danse classique, il y avait Kaito Matsuoka, candidat japonais, avec sa technique impeccable. Il s’est distingué notamment par son grand jeté (du niveau le plus élevé possible) après lequel le public a poussé des ha!

Il n’était pas le seul à avoir fait preuve d’une technique haut de gamme: la Chinoise Lin Zhang, le Brésilien João Vitor Santana et l’Italien Marco Masciari nous ont montré un bel enchaînement de jetés en manège. Marco Masciari en a effectué tant qu’il devait en avoir la tête qui tournait, à en juger selon sa position finale.

Les spectateur∙trice∙s avaient des vertiges, eux aussi, en regardant les costumes des filles coréennes brillants, tant au sens figuré qu’au sens propre. Le charisme des candidat∙e∙s fascinait également le public: de forts applaudissements à Vitor Augusto Vaz, danseur brésilien, en servaient de justification.

Bien qu’il fût difficile de sélectionner notre favori de cette partie classique, notre choix s’est finalement porté sur Kaito Matsuoka.

***

Après une série de vidéos présentant les entraînements de jeunes candidat∙e∙s, a débuté la deuxième partie, celle de la danse contemporaine.

Loin des exigences académiques, le ballet contemporain donne plus de liberté et permet d’interpréter le même morceau par la danseuse comme par le danseur. Il était donc curieux d’observer les différences dans la mise en mouvement des mêmes chorégraphies. Ainsi, Abstract de Jean-Christophe Maillot était dynamique chez Vitor Augusto Vaz et Chun Hung Yan mais douce chez Sophie Beaty. À notre avis, bien évidemment subjectif, c’est Ava Arbuckle, candidate américaine, qui a le mieux exprimé le dessein de J.-C. Maillot.

Ava Arbuckle © Gregory Batardon et Rodrigo Buas

Un véritable défi du point de vue technique était la chorégraphie Rossini Cards de Mauro Bigonzetti. La difficulté consiste à faire coexister deux facettes, la grâce et son antipode. L’équilibre final, le dos tourné, n’est d’habitude jamais parfait chez les finalistes. Cela n’a pas été le cas de Lin Zhang, son exécution était formidable et juste, sans déplacements ni hésitations.

L’Australien Jackson Smith-Leishman avec son interprétation de Furia Corporis de Mauro Bigonzetti a laissé la salle la bouche bée. Ayant dépassé João Vitor Santana, Marco Masciari (le plus âgé des concurrents) est devenu notre favori de la deuxième partie. Sa perfection et son élégance lors de la présentation de Chroma de W. McGregor n’a laissé personne indifférent∙e. Ce spectacle inoubliable était comparable à celui du candidat roumain Matei Holeleu. Le Japonais Kaito Matsuoka, par contre, ne semblait pas aussi sûr de lui que pendant sa danse classique.

L’Agenda n’était pas seul à apprécier la chorégraphie de Marco Masciari. Étudiant de la fameuse Académie Princesse Grace (d’où vient également le Premier Prix 2018 Shale Wagman), il a non seulement remporté le Premier Prix, mais aussi celui d’interprétation contemporaine.

Oak Foundation
Marco Masciari – Italie

Bourse Jeune Espoir
Ava Arbuckle – États-Unis

Donateur anonyme
João Vitor Santana – Brésil

Emile Chouriet
Lin Zhang – Chine

Fondation Coromandel
Chaeyeon Kang – Corée du Sud

Fondation Albert Amon
Matei Holeleu – Roumanie

Fondation Caris – Jeune Espoir
Vitor Augusto Vaz – Brésil

China Nobleness
Yuyan Wang – Chine

Autres Prix:

Nureyev Foundation
Prix du meilleur jeune talent: Ava Arbuckle – USA

Minerva Kunststiftung
Prix d’interprétation contemporaine: Marco Masciari – Italie

Donateur anonyme
Prix du meilleur candidat suisse: Matei Holeleu – Roumanie

Prix du public web: Yuyan Wang – Chine

Prix du public: Catarina Pires – Portugal

Il est à noter que, en dehors du concours principal, a eu lieu le Projet Chorégraphique avec la participation de 26 danseurs et danseuses du monde entier, dirigé par Mauro Bigonzetti. Une mise en scène digne d’être mentionnée car elle était la cerise sur le gâteau qui nous a suscité des émotions cathartiques.

Quant aux représentant∙e∙s de la Suisse, deux personnes, la Portugaise Catarina Pires et le Roumain Matei Holeleu, font partie des écoles suisses Tanz Akademie Zürich et Ballettschule Theater Basel respectivement. Catarina Pires a remporté le Prix du public, tandis que Matei Holeleu le Prix du meilleur candidat suisse. En espérant en retrouver davantage l’année prochaine, nous félicitons les gagnant∙e∙s de cette 48e édition du Prix de Lausanne et leur souhaitons bonne chance!

www.prixdelausanne.org

Plus pop et hétéroclite que jamais, Antigel souffle ses 10 bougies en grande pompe

Depuis 2011 déjà, le festival international de musique et danse genevois Antigel offre durant trois semaines un programme culturel fun et actuel. En tête d’affiche cette année, le spectacle Inoah d’une figure majeure de la danse contemporaine, le brésilien Bruno Beltrão à voir au Bâtiment des Forces Motrices le 13 février prochain. Avant cela, L’Agenda est allé découvrir la performance intrigante de Simon Mayer.

Texte: Marion Besençon

Questionnant ce qui nous rassemble, l’artiste protéiforme Simon Mayer convie son public à l’expérience d’une fusion des formes du folklore et de la danse contemporaine. Pour son solo, c’est nu qu’il s’est présenté sur la scène du Point Favre, dans ce « costume traditionnel de tous » comme il nous l’a expliqué à l’issue de sa représentation. C’est un pont entre le primitif et le moderne que tisse progressivement le danseur, dans le mouvement et par le chant, avec le son des différents objets aussi. Dans son spectacle SunBengSitting (Sunbeng, ce fameux banc en bois devant les maisons surlequel on s’assied pour prendre le soleil), celui qui est d’ailleurs originaire du monde rural autrichien livre une performance ludique et organique, une ronde qui convoque les éléments du monde par la danse folk et le yodel, entre patrie et ouverture au monde.

Il ne s’agit pourtant plus d’être en transe autour du feu, c’est le micro suspendu qui paraît aujourd’hui symboliser l’action féconde des cycles de mort et renaissance; et peut-être même incarner le prolongement de la lumière, c’est-à-dire l’illumination.

Le musicien sollicite donc la mémoire de la communauté humaine ainsi que l’imaginaire de nos sociétés contemporaines en se jouant de la bienséance et de la vraisemblance, exploitant sur scène des artefacts aussi classiques que subversifs: un violon, un fouet ou encore une trançonneuse. Jouant crescendo, la performance se clôt dans la jubilation du storytelling révélant, dans le même temps, la légende d’intrépide cueilleur d’edelweiss du personnage et sa fin logiquement tragique en bas d’une montagne. Subtile et drôle, une performance d’art vivant qui nous laisse penser que le festival genevois a sorti le grand jeu pour cette édition anniversaire…

Dans la catégorie de la danse urbaine et du hip hop, Bruno Beltrão présentera quant à lui dix jeunes hommes comme autant de figures de migrants. Réunis pour former d’éphémères duo ou trio de danse, ces déracinés manquent à dépasser ce qui les sépare pour bénéficier de l’aide et de la chaleur d’une communauté. Le spectacle Inoah agit en ce sens en électrochoc: par cette distance entre les corps qui dansent, sans cesse réétablie dans l’espace de la scène, c’est une difficulté de la migration qui se dévoile à nos sens. Portés par une chorégraphie virtuose, ces corps portent ainsi magnifiquement le message humaniste au public. Un moment époustouflant, ancré dans la réalité du monde présent, à vivre d’urgence à Antigel.

Festival Antigel
Festival international de musique et danse

Communes genevoises
Jusqu’au 15 février 2020  

Inoah
Jeudi 13 février à 20h30 au Bâtiment des Forces Motrices (BFM), Genève

Programmation complète sur www.antigel.ch