20 ans après

Beau moment de théâtre au Château de Coppet: pour sa deuxième soirée, le festival Autour de Madame de Staël (13- 17 juin) offrait à son public la magnifique pièce « Célimène et le Cardinal ».

« Puisque vous n’êtes point en des liens si doux,
Pour trouver tout en moi, comme moi tout en vous,
Allez, je vous refuse, et ce sensible outrage,
De vos indignes fers, pour jamais me dégage. »

C’est sur ses vers que l’Alceste de Molière quitte la coquette Célimène à la fin du Misanthrope. Blessé dans son amour propre, il renonce à cet amour « pour jamais ». Si l’on en croit « Célimène et le Cardinal », cette résignation est plus facile à dire qu’à faire…

STA1

Créée en 1992, cette pièce raconte les retrouvailles entre les deux anciens amants après vingt ans de séparation. Jacques Rampal imagine, en alexandrins et dans une langue élégante, Alceste revenu de son désert et devenu cardinal, tandis que Célimène a quitté la cour en se mariant pour la seconde fois avec un bourgeois dont elle a eu quatre enfants.

Tout le sel de cette rencontre réside dans le choc des caractères diamétralement opposés. Rigide et sévère, investi d’une mission, le Cardinal Alceste croit devoir sauver Célimène de la damnation. Cette dernière n’a rien perdu ni de sa verve ni de son charme et s’amuse à prendre son Alceste en dérision. Les dialogues, souvent drôles, sont savoureux, portés par une mise en scène malicieuse signée Pascal Faber. On revit ainsi, au travers des joutes que se livrent les protagonistes, la transition entre les dix-septième et dix-huitième siècles et les interrogations que suscitent le renversement des valeurs de la noblesse.

Il faut surtout saluer le talent des deux comédiens. Gaëlle Billaut-Danno saisit avec beaucoup de subtilités toute les nuances d’une Célimène certes embourgeoisée mais qui reste totalement libre, tant de son corps que de ses opinions. Face à elle, Pierre Azema dépeint l’ambiguïté de l’homme d’Église en présence d’un ancien amour, qui le charme et l’exaspère toujours.

Texte: Marie-Sophie Péclard

 

Publicités

À la rencontre des abysses au Muséum de Neuchâtel

Le Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel propose actuellement à ses visiteurs une plongée spectaculaire dans le monde des fonds marins,  grâce à la visite d’« Abysses… le mystère des profondeurs ». Inaugurée au Muséum national d’histoire naturelle de Paris en 2007, cette exposition itinérante s’installe à Neuchâtel jusqu’au 14 août 2016. Au programme : des photographies, un film ainsi que de réels spécimens d’animaux vivant dans les abysses. La rareté de certaines de ces images et la grande qualité de conservation des animaux font de cette exposition un événement à ne pas manquer.

Encore relativement peu connus du grand public, les animaux des profondeurs sont fascinants mais surtout surprenants. Tout au long du parcours, les visiteurs s’émerveilleront devant ces créatures qui ont su s’adapter à des conditions de vie apparemment impossibles. Du manque de lumière à la rareté de la nourriture disponible, jusqu’aux intrigants oasis toxiques parsemant les fonds marins, « Abysses » nous explique le prodige de la vie dans les profondeurs. On apprend par exemple que certaines espèces se sont miniaturisées pour faire face à la pauvreté des ressources alimentaires, ou encore que des animaux sont capables de créer leur propre lumière (bioluminescence) à des profondeurs où la lueur du soleil est inexistante.

Museum Neuchâtel. Exposition "ABYSSES"

Museum Neuchâtel. Exposition « ABYSSES »

Le parcours se déroule dans une semi-obscurité et fait écho à la pénombre dans laquelle évoluent les animaux des abysses ; les rayons du soleil ne pénétrant l’eau que jusqu’à 1000 mètres de profondeur. Les visiteurs sont guidés par les points de lumière que sont les photographies rétroéclairées. Mais chacun est aussi invité à prendre avec soi un livret d’informations qui possède une petite lampe. Ainsi, en se baladant, les visiteurs croisent d’autres points lumineux comme autant de poissons évoluant dans l’obscurité. L’impression d’immersion dans les fonds marins est totale.

Originellement créée par Claire Nouvian, auteur et réalisatrice de films animaliers, en collaboration avec des chercheurs du monde entier, cette exposition se veut un espace de découverte et d’émerveillement où les adultes comme les enfants trouveront leur compte. Mais elle est aussi l’occasion de sensibiliser le public aux questions de conservation des espèces et des fonds marins grâce à des informations sur l’état de population des animaux, leur longévité ainsi que sur les dangers de la surpêche.

L’exposition « Abysses… le mystère des profondeurs » est à voir au Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel, du mardi au dimanche de 10h à 18h jusqu’au 18 août prochain. L’organisation de visites commentées, tout comme l’inscription à des animations pour enfants, est possible en contactant le musée.

Texte: Jessica Mondego

Museum Neuchâtel. Exposition "ABYSSES"

Museum Neuchâtel. Exposition « ABYSSES »