Des chevaux imaginaires, des caricatures, et de l’humour absurde avec le one man show étonnant de Blaise Bersinger

Rire jusqu’à en avoir mal à la mâchoire, c’est possible, avec le spectacle déconcertant de ce jeune humoriste vaudois: Comme annoncé dans la description, « Peintures sur chevaux 2 » ne parle ni de peinture ni de chevaux, mais plutôt de la télé-réalité, de la protection civile, des animateurs radio, des hotlines d’assurances, et moultes autres sujets hétéroclites. Le Centre Pluriculturel d’Ouchy accueille ce one man show survolté jusqu’au 17 juin 2017, avec encore cinq dates de spectacle prévues.

Texte: Chloé Brechbühl
Photos: DR

Pour cet original lausannois, pas question de piocher dans les sujets classiques de l’humour stand up: son spectacle sort des sentiers battus, en évitant les blagues sur la sexualité, la politique, ou encore le racisme et autres problématiques sociales. Lui, au contraire, se concentre sur des sujets du quotidien, mais aussi des situations parlantes pour notre génération de téléspectateurs: plusieurs de ses sketchs traitent en effet de la télé-réalité, ou encore de la publicité à la télévision. Des jingles, qu’il a réalisé lui-même, entrecoupent le spectacle et lui laissent un peu de répit pour les changements de scènes.

Les personnages caricaturés de Blaise Bersinger, non sans rappeler ceux de l’humoriste Vincent Kucholl dans l’émission « 26 minutes », font rire le public car ils semblent réels malgré l’exagération de leur traits ridicules, et font écho à des interactions auxquelles tout un chacun a parfois pu être confronté. Qu’il s’agisse d’interlocuteurs ayant un fort accent vaudois, ou encore du manque de connaissances informatiques de certains fonctionnaires, Blaise Bersinger dépeint avec une habileté et un réalisme cinglants certaines situations de la vie de tous les jours.

Débutant par une présentation factice de son propre spectacle, lors de laquelle il incarne l’un-e des collaborateur-rice du CPO, Blaise poursuit en devenant un animateur radio désespéré qui ne parvient pas à prononcer correctement le nom de l’invité de son émission. Il se glisse ensuite dans la peau d’un zappeur ahuri, puis d’un présentateur télévisé survolté. Les sketchs s’enchaînent à toute vitesse, et le public amusé assiste aux multiples changements de personnalité de l’humoriste, qui se dédouble avec une énergie impressionnante. Dans la dernière partie du show, il nous dévoile également ses talents de musicien polyvalent. Clôturant la soirée par une liste de remerciements qui semble infinie, Blaise Bersinger teste la patience de ses spectateurs, qui repartent pourtant avec le sourire. En plus du ton absurde de certains dialogues, l’humoriste a recourt à maintes reprises au comique de répétition, qu’il maîtrise brillamment. Un spectacle à ne pas manquer!

Le lien vers son site ici

Publicités

Montreux: des étoiles dans les yeux

Du jazz au classique en passant par l’humour et le ciné-concert, la prochaine saison culturelle de Montreux s’annonce éclectique.

Pour cette année de transition, la saison culturelle a misé sur la continuité, en favorisant les collaborations avec les différents acteurs de la scène culturelle montreusienne. Ainsi, le directeur du Montreux Jazz Festival Mathieu Jaton se réjouit de voir la Villa Waddilove recevoir le concert de gala du Montreux Jazz Academy, une rencontre entre jeunes talents et mentors confirmés du jazz, dont  Al Jarreau. Le tout premier spectacle de la saison verra aussi le brésilien Seu Jorge. Le Montreux Comedy Festival propose quant à lui trois dates humour, Les Chevaliers du Fiel, Arnaud Tsamère et Stéphane Guillon.

Côté classique, deux beaux échanges éclosent cette année, avec l’Orchestre de Suisse Romande et l’Orchestre de Chambre de Lausanne  qui offrent au public de Montreux deux concerts chacun. D’autres grands rendez-vous sont attendus, comme la venue de Véronique Dicaire, I Muvrini (pour la dixième fois!), ou un rendez-vous spécial autour de Luc Plamandon avec l’association Tous en Choeur.

Découvrez tout le programme complet sur le site de la saison culturelle de Montreux!

Texte: Marie-Sophie Péclard

66