Cross Dreams Festival: Melodiosa

Le 3 novembre dernier, dans le cadre du Cross Dreams Festival, le Théâtre de Beaulieu accueillait quelques féru·e·s de jeux vidéo à l’occasion d’une invitée exceptionnelle: Yôko Shimomura. Compositrice reconnue dans son milieu, elle a notamment composé les thèmes de Street Fighter, de Legend of Mana et de Xenoblade.

Texte: Sumiko Chablaix

Le Cross Dreams Festival est né de la volonté de Yann Rieder, Christopher Bugot, Gaël Braillard et Didier Matthey-Doret, quatre passionnés qui souhaitaient mélanger la culture populaire et la musique symphonique. Ambitieuse, sa première édition a proposé trois concerts sur une journée: le premier, intitulé Melodiosa, mettait à l’honneur le travail de la compositrice Yôko Shimomura. Le deuxième tournait autour de l’univers de Dragon Ball, et le concert final réunissait les musiques de séries cultes.

Si pour le premier concert la salle n’était pas très remplie, elle a permis au spectateur de sentir un cadre plus intime procurant ainsi frissons et sensations. Nul extrait de jeux n’a été projeté afin de créer un cocon où seule la musique emmenait le spectateur dans les tréfonds des univers fantastiques.

C’est ainsi que sur une scène épurée, d’où l’animateur a d’abord dû meubler au mieux l’attente interminable faisant monter l’impatience des auditeurs, est apparue Yôko Shimomura pour la première fois en Suisse. Elle a répondu avec le sourire aux questions, soulignant l’ampleur et la pertinence d’un tel concert.

Alors que les jeux vidéo existent depuis des dizaines d’années, la composition de leurs bandes sonores reste un milieu pour le moins méconnu. Si l’évolution des techniques artistiques permettant la construction des personnages virtuels a beaucoup évolué ces dernières années, Yôko Shimomura a expliqué qu’au niveau de la composition des bandes sonores, il n’y a pas eu tellement de changement par rapport aux trente années qui sont écoulés. La grande évolution se trouve surtout dans la dynamique de composition. Aujourd’hui, il s’agit de faire des enregistrements avec des orchestres, de travailler avec des musicien·ne·s. Ceci n’était pas du tout le cas trente ans auparavant. Par ailleurs, l’opportunité de se retrouver pour faire de la musique live avec des orchestres et des arrangements est une occasion très rare.

Laissant place à la musique, Yôko Shimumora s’est installée dans le public pour savourer le concert de l’Ensemble Symphonique de Neuchâtel sous la direction d’Alexander Mayer, accompagné par le pianiste virtuose Benyamin Nuss ainsi que par la chanteuse Emily Pello. Cette dernière venant tout droit de Paris s’était donné pour défi, en participant au festival, d’aborder un registre plus lyrique.

Mélange de chant et de musique symphonique, les arrangements ont su mettre en valeur les différents registres d’instruments. Au son de « Dearly Beloved » de Kingdom Hearts exécuté avec émotion et virtuosité par Benyamin Nuss, aux vibrations des cordes sur un medley de Live A Live, au souffle cristallin de la flûte et du hautbois dans un autre medley extrait de Legend of Mana, le public a été transporté dans un voyage sensationnel au cœur d’univers aussi variés que l’imagination peut tendre à créer.

Lorsque nous ressortons, la foule se presse aux portes pour écouter Dragon Ball prendre vie sous les doigts du Sinfonietta de Lausanne. On imagine que Melodiosa a perdu du public en étant programmé à 14h.

www.crossdreamsfestival.ch

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s