Drüüü, saison survoltée

La troisième saison du POCHE / GVE a été dévoilée hier soir par son directeur mAthieu Bertholet. Certes le théâtre ne compte pas énormément de place comme son nom l’indique, mais il est tout de même impressionnant de voir une présentation de saison qui fait salle si comble! Lorsque le directeur retrace la saison qui vient de se terminer, les rires fusent à l’évocation de certaines anecdotes. Le POCHE a ses habitués, continue d’en attirer de nouveaux, et les coutures ne sont pas prêtes de craquer!

Texte: Katia Meylan

Sous une pluie torrentielle, comédien-nes, journalistes et spectateur-trices arrivent de toutes parts pour prendre place devant une frontière de rösti. Qui a vite fait d’être détruite – au sens propre comme au figuré – pas l’enthousiasme de mAthieu Bertholet. Les paquets de röstis qui traversent la scène s’écroulent tout à coup comme des dominos sur un geste énergique. Peu importe, car l’un des principes de la saison est d’aller au-delà des frontières, des langues, en Suisse et par de nouvelles collaborations avec la France et la Belgique.

Cette année, le théâtre ne présentera que des productions signées le POCHE, avec des textes inédits. L’équipe prouve encore une fois son amour pour les textes qui chamboulent les habitudes. D’ailleurs, leur programme imprimé véhicule lui aussi l’idée de remise en question: décliné au féminin plutôt qu’à l’habituel masculin pluriel englobant toutes et tous, ou au politiquement correct « langage épicène », il joue aussi avec la ponctuation et les formes.
La seule pièce à ne pas être une création du POCHE est « 4.48 Psychose » de Sarah Kane, qui sera présentée en ouverture de saison dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève. mAthieu Bertholet – ici en metteur en scène – nous dit qu’il restera proche de la version de la pièce avec Isabelle Huppert. Il souhaite, grâce à ce classique contemporain, mettre en relief les créations originales qui suivront. En quelques années, un texte contemporain peut devenir un classique, rappelle le directeur.

La dramaturge de saison cette année nous est présentée: Marina Skalova. Elle a traduit la pièce de Katja Brunner « Ändere den Aggregatzustand deiner Trauer », à laquelle elle donne en français le titre de – accrochez-vous, c’est même plus difficile à retenir qu’en allemand – « Change l’état d’agrégation de ton chagrin ou qui nettoie les traces de ta tristesse », qui sera jouée du 23 avril au 13 mai 2018. Cette pièce un peu folle a pour point de départ un fait divers, le suicide d’un enfant de 11 ans. Le texte interroge, tout en étant décalé et dôle. Comment aurait-il pu savoir, lui, que la mort n’était pas définitive? Dans les jeux vidéo, on peut recommencer! Et son hamster, il est toujours remplacé par un autre!
Marina Skalova s’attellera à l’écriture d’une pièce, ainsi qu’à un carnet de bord qui relatera la saison au POCHE.

« Bois Impériaux », écrit par Pauline Peyrade, dramaturge de la saison précédente, sera présenté du 19 février au 11 mars 2018. Notons que le texte a été repéré par France Culture.

Si l’on continue à aller dans le désordre, le début de la saison jusqu’en janvier sera fait de Sloops, c’est-à-dire de plusieurs pièces réunies pour une caractéristique commune, jouées en alternance. Le premier Sloop nommé « murmures » tourne autour du « JE » qui s’affirme, exprime « l’univers intérieur d’un sujet aux prises avec ce monde ». Le second Sloop, « machines du réel » décortique les mécaniques de la société avec ironie et dérision.

Il y a tellement à dire sur le programme de cette année qu’au lieu de continuer mon article, je vous invite à vous rendre au POCHE et à le découvrir de vous-même. Et si vous voulez plus d’explications, allez-y le mardi, vous aurez droit à « l’intro du dirlo ».

poche—gve.ch

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s