En route, chevaliers!

Cela fait désormais un mois que l’Opéra de Lausanne a pris la route avec « Les Chevaliers de la Table Ronde », un opéra-bouffe en trois actes d’Hervé. La tournée continue sur huit dates en juillet, de Russin à Chillon en passant par les terres nord-vaudoises.

Texte: Katia Meylan

Les Chevaliers de la Table ronde © Alan Humerose

Quarante personnes et un décor chevaleresque se baladent dans le cadre de cette 5e Route Lyrique, un concept biennal créé il y a 9 ans. Avec des productions qui voyagent dans les théâtres, salles communales et autres places du village, l’Opéra de Lausanne occupe l’espace culturel romand pendant l’été tout en offrant des débouchés aux jeunes diplômé·e·s chanteur·euse·s et musicien·ne·s de la Haute École de Musique de Lausanne (HEMU).

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

 

Cette année, l’équipe artistique a choisi de mettre en scène une parodie de la fameuse légende de la Table Ronde. Dans le livret signé Henri Chivot et Alfred Duru (auteurs prolifiques dont on compte une centaine de vaudevilles écrits dans la deuxième moitié du 19e siècle), pas d’exploit chevaleresques; tout élément moyenâgeux est prétexte au développement d’une pitrerie. Pastiches et airs populaires alimentent cet opéra-bouffe d’Hervé, qui fut, au coude à coude avec Offenbach, inventeur de l’opérette.

 

 

Le public rencontre dans cette histoire des personnages avec bien plus de vice que de vertu; un Roland narcissique, une princesse faussement ingénue prête à se marier avec le premier venu, un Merlin II fils de son père pour qui le talent n’a apparemment pas été héréditaire, une Mélusine castratrice et jalouse (dont on admire la voix puissante et le charme de l’interprète, Laurène Paternò), une duchesse infidèle et un duc qui joue à la drama queen.

Les Chevaliers de la Table ronde © Alan Humerose

Tout ce beau monde progresse dans une avalanche de comique de répétition, de cris et d’extravagances qui peuvent amuser ou étonner. On surprend même des jeunes musiciens de l’orchestre à se retenir de rire lors de certaines scènes particulièrement loufoques!
En fait-on trop sur scène? Dans l’opéra-bouffe, tous les excès sont permis, tant dans les costumes que dans l’interprétation, car ils servent à mettre en évidence les fonctionnements de la société pour mieux s’en moquer. Et dans cette pièce mise en scène par Jean-François Vinciguerra (alias Merlin II), on trouve, aux côtés d’un humour de situation qui a probablement fonctionné de siècle en siècle, des surprises auxquelles on ne s’attendait pas: une incartade dans un royaume sous-marin hippie, des références au télé-achat (quelque peu daté) ou à Jacques Brel (indémodable).

Au fil des trois actes, on devine à peu près comment l’histoire devra se terminer: des histoires d’amour qui finissent bien et un joyeux final chorégraphié où l’on on entonne en chœur que « Jamais plus joli métier ne fut dans le monde / que celui de chevalier de la Table Ronde… ». Oui, ça reste dans la tête et on le chante encore le lendemain!

Les Chevaliers de la Table Ronde
Route Lyrique de l’Opéra de Lausanne

Tout public
Prix entre 20.- et 35.-

Les dates à venir:

Lundi 1er juillet à 21h:                   Place du Mandement 1, Russin
Mercredi 3 juillet à 20h30:           Place François Silvant, Ecublens
Vendredi 5 juillet à 21h:               Château de Chillon
Samedi 6 juillet à 20h:                  Casino d’Orbe
Dimanche 7 juillet à 19h30:        Fédération vaudoise des jeunesses campagnardes, Savigny
Mardi 9 juillet à 19h30:                 Salle Davel, Cully
Mercredi 10 juillet à 19h30:        Salle du Parc, Bex
Vendredi 12 juillet à 19h30:        Centre Culturel et sportif du Chêne, Aubonne

www.opera-lausanne.ch/show/route-lyrique-2019

L’Opéra de Lausanne — Scandaleusement lyrique

Présentation du programme 2019-2020

Après la critique de « L’histoire du soldat » dans la presse en octobre dernier, l’Opéra de Lausanne utilise le scandale à son avantage en axant sa campagne de communication pour le programme 2019/2020 autour de celui-ci, mais en recentrant le propos sur les œuvres, comme vous le découvrirez dans les affiches amusantes qui envahiront la ville dans les prochains jours. Candide y est taxé de non écoresponsable, Hoffmann d’être un Don Juan et les aventures amoureuses d’Hélène y sont exposés. Ce scandaleux programme ne réserve pas que des intrigues, mais aussi des moments forts tel le bicentenaire d’Offenbach, la nouvelle édition de la Route Lyrique, des chefs d’œuvres inconnus et une création vaudoise.

Texte: Mallory Favre

Les 200 ans d’Offenbach

Cette année, pour célébrer le bicentenaire de la naissance du maître de l’opéra-comique, l’Opéra de Lausanne sera le seul théâtre francophone à présenter deux Offenbach. « Les Contes d’Hoffman » (sept.-oct. 2019) la plus sérieuse de ses œuvres, ouvriront la saison. La maquette de la scène, en forme de cabinet de curiosité, annonce déjà un spectacle envoûtant.

Les contes d’Hoffmann maquette décors ©Stefano_Poda

La fête continuera en décembre avec un autre chef-d’œuvre du compositeur allemand, « La Belle Hélène ». Cet opéra en forme de parodie jubilatoire des mœurs de son époque saura célébrer son légendaire humour.

Place aux jeunes

Tout l’été, La Route Lyrique, proposera une vingtaine de représentations en Suisse romande par des jeunes chanteur∙euse∙s et musicien∙ne∙s diplômé∙e∙s des écoles supérieures de musique de la région pour favoriser leur insertion professionnelle. Cette année, ils∙elles ont jeté leur dévolu sur « Les Chevaliers de la Table ronde » du compositeur Hervé. Cette œuvre qui paraît-il, rappelle le « Holy Grail » des Monty Pythons, utilise la parodie pour mieux faire rire sur les travers contemporains.

L’Opéra de Lausanne accueillera aussi la Finale du Concours de Kattenburg (octobre 2019). Les cinq chanteur∙euse∙s finalistes de l’HEMU et ses alumni disposeront de vingt minutes pour convaincre le jury. L’institution ne fait pas que faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des artistes de la région, mais en engage aussi. En effet, dans Candide (mars 2020), c’est la Lausannoise Maris Lys à la voix puissante et tout en nuances qui interprétera Cunégonde.

Marie Lys
 © Clive Barda/ ArenaPAL

Finalement, « Pierre et le Loup » (novembre 2019), pour lequel l’orchestre est composé d’étudiant∙e∙s de l’HEMU, sera donné pour la dernière fois. C’est le dernier moment pour y emmener petit∙e∙s et grand∙e∙s !

Les chefs-d’œuvre inconnus

Le directeur artistique de l’Opéra met un point d’honneur à offrir une visibilité à des œuvres moins mises en scène du répertoire lyrique européen. En effet, sur les 41 000 œuvres, seules 800 sont régulièrement jouées. Pour remédier à cela, « Gli amori di Teolinda » (novembre 2019) de Giacomo Meyerbeer seront interprétées en concert exceptionnel. En deuxième partie, on retrouvera « Musik zu einem Ritterballet WoO1 » de Beethoven, composé quand il n’avait que 22 ans, ainsi qu’un air et cavatine de Mozart.

La zarzuela genre théâtrale lyrique espagnole qui n’est pas souvent joué en dehors de la péninsule ibérique, se fait également une place dans le programme de cette année avec l’iconique « Dona Francisquita ». Cette comédie met en scène des personnages de la société populaire Espagnole et charme par son ambiance madrilène à la saveur inimitable.

Doña Francisquita, maquette costumes ©Alejandro Andujar

Le patrimoine vaudois

Le clou du programme sera certainement atteint avec « Davel » (mai 2020), une commande de l’Opéra qui se trame depuis déjà deux ans et dont le livret est en cours d’écriture par René Zahnd. Cette œuvre, mise en musique par Christian Favre, ne rendra non pas de manière philosophique ou politique la vie du major vaudois; l’accent sera plutôt mis sur la restitution d’une tranche de vie du héros national.

Pour plus d’information, vous pouvez dès maintenant consulter le tout nouveau site de l’Opéra de Lausanne, plus esthétique et plus interactif comme le présente le directeur. En effet, des extraits musicaux et vidéo sont désormais disponibles avec chacun des évènements.

www.opera-lausanne.ch

Je suis allée voir…

« Cendrillon », de la Compagnie des Ballets de Monte Carlo à l’Opéra de Lausanne.

Photo: Alice Blangero

Texte: Maureen Miles

Je n’étais pas retournée à l’Opéra de Lausanne depuis bien longtemps… Toutefois dans mon esprit ce lieu incarne un espace un peu magique où les arts de la danse, de la musique et du théâtre s’exposent avec majesté. Aussi, l’occasion de voir un ballet – « Cendrillon » qui plus est! – était, pour l’amatrice de danse classique que je suis, une occasion à ne pas manquer.

L’histoire de « Cendrillon », presque tout le monde la connaît. Un spectacle de ce type suscite donc inévitablement de nombreuses attentes: on sait par avance ce qui va se passer, ce qui n’a en fait rien de dérangeant, au contraire. Qu’un élément varie et l’enfant en nous se contracte. « Normalement, ce n’est pas comme ça… ». Pourtant bien vite, on se laisse entraîner et enchanter par les variations et l’originalité de l’univers proposé.Car la version de Cendrillon incarnée par La Compagnie des Ballets de Monte-Carlo et chorégraphiée par Jean-Christophe Maillot n’a simplement rien de classique.

Photo: Alice Blangero

La sobriété des décors – de grandes pages blanches évoquant celles d’un livre de contes s’écrivant sous nos yeux – a l’avantage de ne pas monopoliser une attention qui se détournerait alors du jeu des personnages. Et oui, je parle bien du « jeu » des personnages. Bien sûr il y a la danse, et celle-ci est menée avec maîtrise, grâce et légèreté. Mais ce qui captive bien vite, au-delà des prouesses de souplesse et de technique, ce sont les expressions, les regards et les gestes théâtraux des danseurs. Le « Cendrillon » de Jean-Christophe Maillot se situe véritablement au carrefour du théâtre et du ballet.

L’atmosphère dans laquelle évoluent les personnages – le trio habituel Cendrillon – marâtre – méchantes sœurs, mais aussi ceux très présents du père, de la bonne fée et de deux serviteurs polichinelles – est également un mélange des genres, entre conte de fée et satyre contemporaine. Le monde simple et pur de l’enfance, où les sentiments s’expriment avec sincérité et innocence, et celui coloré mais aussi artificiel d’un monde adulte où l’on triche avec les émotions et où la quête du plaisir et du divertissement prévalent. Ces deux univers se côtoient et les personnages qui les incarnent en portent physiquement les marques: une robe sobre et de longs cheveux détachés pour Cendrillon, belle dans sa simplicité, et des vêtements sophistiqués voire une nudité dévoilée pour la marâtre, les sœurs et les polichinelles, souvent effrayants d’excentricité.

Parfois comiques et même burlesques, certaines scènes offusquent (la cruauté de la marâtre et des sœurs) et dérangent (la lâcheté du père) également par moment. De nombreux éléments toutefois nous plongent dans l’univers du conte de fées et viennent chercher l’enfant qui est en chacun de nous: notamment la poudre d’or, dont est littéralement couverte la fée marraine et qui remplace la pantoufle de vair sur les pieds nus de Cendrillon. Un hommage sans doute aux pieds des danseurs sans lesquels la magie n’opérerait jamais.

www.opera-lausanne.ch