Un mélange de genres réussi au Paléo

Pour ce troisième jour de festival le soleil étant encore au rendez-vous, les festivaliers ont pu profiter des différentes offres musicales jusqu’au bout de la nuit. Entre chanson française aux sonorités reggae, afro-trap, funk/acid-jazz, et electro, on se croirait presque un peu trop gâtés!

Texte : Evelyn Sequeira

Tryo et Vianney. Photo: L. Mottet.

Ce jeudi 20 juillet, c’est Tryo qui a inauguré la Grande Scène, amenant une ambiance bonne enfant, où les petits comme les grands semblaient apprécier l’univers positif du groupe français. Celui-ci invite même un autre artiste du festival, Vianney, avec qui ils interprèteront «Serre-moi» pour le plus grand bonheur du public. Aux Arches c’est justement au tour de Vianney de prendre le micro. Seul sur scène, accompagné de sa guitare et d’une pédale de loop, on croirait presque être en face d’un Ed Sheeran français. Pourtant, Vianney aurait encore quelques leçons à apprendre du chanteur britannique, car l’artiste semble un peu hésitant. Mais le public ne manquera pas de le soutenir en chantant avec lui ses refrains les plus connus (dont le fameux «T’es où ? Pas là» qu’on entendra toute la nuit.

C’est ensuite l’heure pour (presque) tous, de se déplacer de nouveau vers la Grande Scène. Et pour cause, un magnat de la musique des années 1990-2000 s’y produira dans quelques minutes. Jamiroquai, qui n’était pas retourné au Paléo depuis 2005, revient sur les devants de la scène. Le public frémit d’impatience à l’arrivée du groupe anglais. Nous nous retrouvons alors face à un Jay Kay un peu essoufflé, ayant pris quelques kilos et un sacré coup de vieux (rien de très étonnant vous me direz). Le chanteur tentera tant bien que mal d’assurer son show malgré un mal de dos qu’il dit avoir eu en chutant il y a quelques jours. Interprétant ses classiques tels que «Little L» et «Cosmic Girl», on notera tout de même l’absence de «Virtual Insanity» ou «Deeper Underground» si attendus par les festivaliers-ères (qui, il faut bien l’avouer, ne sont pas vraiment venus pour écouter les nouveaux morceaux du groupe). Jay Kay réussira tout de même à nous charmer avec sa voix reconnaissable (et un peu trop parfaite?), mais nous laissera sur notre faim en s’échappant de la scène sans offrir au public un encore tant réclamé.

Jamiroquai. Photo: A. Colliard.

De retour aux Arches on se laisse aller sur les rythmes afro-trap de MHD, jeune rappeur français précurseur de ce style mélangeant des sonorités africaines au trap. L’ambiance est au rendez-vous, un peu trop même car des enfants doivent être évacués de la foule si compacte. On apprécie que le rappeur interagisse avec son public tout au long de son concert, chose que de moins en moins d’artistes semblent faire. Car le Paléo c’est aussi un public qui attend impatiemment le jour où il pourra voir son artiste favori se produire sous ses yeux.

Après plusieurs heures passées sur la Plaine de l’Asse, c’est à minuit que débute le set de Justice. Le duo nous offre un show chronométré dont le principal atout se trouve être le jeu de lumière qui varie selon les rythmes de chaque chanson. Pour ceux qui sont venus faire la fête et danser il fallait être près de la scène, pour les autres, venus juste voir le show, il fallait se placer un peu plus haut pour ne pas se laisser emporter dans les pogos.

Justice. Photo: L. Flusin.

C’est une journée éclectique qui se termine sur la Plaine de l’Asse. La fatigue commence à se faire sentir, mais il reste encore trois jours de festivités avant de pouvoir enfin se reposer.

 

 

Le mini micro-troittoir: John, 29 ans, maître glowstick
  • Tu en es à ton combientième Paléo? «C’est ma 9ème année.»
  • Quels sont les concerts dont tu te réjouissais le plus? «Foals, Jamiroquai, et les Red Hot
  • Est-ce que c’était à la hauteur de tes attentes? «Pas les Foals, pas les Red Hot, oui pour Jamiroquai
  • Est-ce que tu as eu une bonne surprise avec un concert ? «Arcade Fire ça ne m’intéressait pas, et en fait c’était incroyable. Une excellente surprise.»
  • Quels étaient les autres concerts qui ne t’intéressaient pas du tout? «Tous les autres (rires). Vald, MHD, Camille, Julien Doré…»
  • Est-ce que tu peux me raconter une anecdote marrante? «Il y a une année où j’étais avec un pote musicien qui nous accompagnait à la guitare, et on ouvrait les tentes des gens au camping pour leur chanter une chanson.» [Ndlr: Pour protéger la sensibilité des lecteurs et lectrices, les paroles de cette chanson ont été censurées lors de la retranscription. Merci pour votre compréhension.]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s