Dis-lui bien que tu viens de ma part – Théâtre Alchimic

Il n’y a qu’une table, une chaise, une perruque, une guitare et un écran TV pour permettre à David Gobet d’animer sa pièce « Dis – lui bien que tu viens de ma part ». Il a fait le pari fou de faire rire les spectateurs au moins une fois pendant le spectacle. Après un sondage dans la foule, tout le monde n’a pas eu la chance de plaisanter avant d’arriver au théâtre.

Sans échapper au stress de la lumière des projecteurs, il invite les gens à rire et à contaminer ses proches voisins. Pour lui, une journée sans rire est une journée de perdue. Pour être certain que nous en sommes capables, il nous enseigne la technique d’essayer de rire de plus en plus fort.

Dans un parcours parsemé de musique, et pour aider les plus réfractaires du rire pour un rien, il décide de faire une chorégraphie sur « istsi bitsi petit bikini »  qui offrira une bulle de rire brève et spontanée à l’unanimité.

Soulagé d’avoir mené le public vers où il avait envie d’aller, il se perdra néanmoins à la fin du spectacle dans un tour de magie.

Même si sa création passe par toute sorte de sentiments, il reste tout au long de son spectacle attaché au comique et à la joie que lui procure le fait d’être sur les planches. En devenant spectateur de sa propre existence via « sa propre voix off » retransmise par l’écran de télévision, il instaure une distance réussie entre son one man show et à l’interprétation de ses gestes. Cette façon de faire est intéressante afin de se positionner, d’interagir et d’être à l’écoute de son public et vice-versa. Il est finalement heureux, celui qui rit de lui-même du meilleur comme du pire.

Autrefois, le travail de l’artiste, c’était de dire aux gens ce qu’ils avaient besoin d’entendre. De nos jours, tout est devenu divertissant, et cette métamorphose n’est pas pour déplaire à David Gobet. Malgré son enthousiasme et son énergie, tout le monde ne rira pas aux éclats selon les mystères de l’alchimie théâtrale!

A découv-rire jusqu’au 12 novembre au théâtre Alchimic, avenue Industrielle 10, 1227 Carouge.

Texte: Jenny Raymonde

11225252_1639933982961902_4035078346494819483_n