L’invitation au voyage

La troupe du Teatr Semianyki était très attendue au Théâtre de Carouge, où leur dernier passage en 2012-2013 avait laissé un souvenir ému. Après une tournée de 12 ans avec leur premier spectacle La Famille Semianyki, cette compagnie russe s’est remise à la création et délivre un inénarrable Semianyki Express où Gogol dialogue avec Chaplin ou Tim Burton. Puissant.

Kasyan Ryvkin. Photo: Giovanni Cittadini Cesi

Kasyan Ryvkin. Photo: Giovanni Cittadini Cesi

Tout plaquer. Prendre le premier train, destination inconnue. Ce fantasme, le Teatr Semianyki vous l’offre. Leur nouveau spectacle, présenté au Théâtre de Carouge avec la collaboration de la Fondation Neva, est  placé sous le thème du voyage: les six clowns issus du Teatr  Licedei vous embarquent pour une virée en train. Pas un TGV, mais un vieux train russe où membres de l’équipage et voyageurs se croisent, se séduisent, se quittent et s’aiment. Un chef de gare espiègle, un barman servant des verres à des poissons-clowns, un cuisinier fêlé, une danseuse de flamenco distribuant des claques à tout-va ou encore un aviateur rêveur… les artistes Olga Eliseeva, Alexandre Gusarov, Marina Makhaeva, Kasyan Ryvkin, Elena Sadkova et Yulia Sergeeva peuvent tout jouer. Ils excellent dans l’art clownesque mais pas seulement: on les retrouve au détour d’un pas de claquette ou d’un pas de bourré, dans des acrobaties rocambolesques ou du jonglage, toujours avec cette délicatesse du geste et de l’expression justes. Car le véritable talent de cette équipée déjantée, c’est de vous raconter des histoires sans un seul mot, arrivant à tout dire par l’émotion et l’humour.

Il en ressort de cette série de saynètes une force magistrale et onirique. Peu à peu, des intrigues se tissent puis s’effilochent, des thèmes ou des images reviennent comme une rime qui répond à une autre… Oui, le nouveau spectacle du Teatr Semianyki est un poème. Une invitation au voyage dans lequel « Tout n’est que [dés]ordre et beauté ». Car le spectacle flotte entre une parfaite maîtrise des mouvements et une mise en danger  à chaque gag. Et les comédiens jouent de ce vertige puisqu’ils font volontairement des faux pas, des chutes, des retards. Comme pour rappeler que l’équilibre du spectacle, comme celui de l’existence, est fragile et que chaque train peut dérailler à n’importe quel moment. Raison de plus pour célébrer la vie et l’amour!

Texte: Marie-Sophie Péclard

Photo: Giovanni Cittadini Cesi

Photo: Giovanni Cittadini Cesi

Semianyki Express. Jusqu’au 20 septembre au Théâtre de Carouge.

Une réflexion sur “L’invitation au voyage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s