Frissons au Grütli avec « Comme il vous plaira »

Bienvenue dans la forêt d’Arden : les neufs comédiens de « Comme il vous plaira », dans une

mise en scène de Camille Giacobino, attendent tapis dans les bosquets, prêts à se dévoiler pour mieux débusquer les intimes passions. Loin de la ville, dans ce décor bucolique où poussent les rêveries et les sentiments, les coeurs exacerbés s’exaltent et nous enchantent.

Frisson de vertige. Rédigé vers 1599, « Comme il vous plaira » condense les thèmes chers à Shakespeare. Le duc Frédéric, après avoir usurpé le duché à son frère exilé, renvoie de sa cour sa nièce Rosalinde qui s’enfuit dans la forêt avec Célia, la fille de Frédéric. Luttes de pouvoir et trahisons fraternelles cèdent leur place au marivaudage champêtre puisque Rosalinde, déguisée en homme, retrouve Orlando dont elle est éprise. Le jeune homme, quant à lui, se meurt d’amour pour elle. Elle propose de l’aider à l’oublier par une méthode très particulière : elle jouera pour lui sa Rosalinde. Manière détournée de sonder son âme et éprouver la force de son amour. Quiproquos, travestissement des genres et des sentiments se cristallisent ainsi dans cette mise en abyme du jeu théâtral. Dans cette confusion, où se site la réalité ?

MG_4181

Frisson de nouveauté. Il semble que chaque nouvelle mise en scène d’une pièce de Shakespeare fasse éclater la modernité du texte, l’acuité d’un regard traversant les siècles et les sociétés. C’est à nouveau vrai de « Comme il vous plaira » : les sentiments et les comportements amoureux y sont disséqués et exposés dans une lumière révélatrice. Mais ce qui frappe également, c’est l’inventivité d’une mise en scène. La patte de Camille Giacobino se fait mutine, amusée, séduisante. Elle insuffle aux comédiens ce qu’il faut de lâcher-prise, et ces derniers offrent un jeu énergique, qui exalte les corps… une partition sensuelle et cohérente qui fait tout de même ressortir les différentes personnalités. La musique a également une place importante. Sur les textes des chansons de « Comme il vous plaira », Camille Giacobino et Graham Broomfield ont voulu créé un univers musical issu du rock celtique. Ces intermèdes musicaux rythment ainsi l’action et participent de cette ambiance festive et joyeuse qui irradie la pièce.

Frisson de plaisir. C’est la promesse de « Comme il vous plaira », à voir au Théâtre du Grütli jusqu’au 14 juin.

MG_5117

Texte: Marie-Sophie Péclard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s