« Dansehabile »: l’humanité au-delà de l’esthétique

Pour la première fois, le théâtre de l’Orangerie propose une création de danse contemporaine. Et quelle création! « Dansehabile » allie les mots à la danse, dans une performance en double déclinaison. C’est une troupe particulière, puisqu’elle mêle des danseurs dits « sans » et d’autres dits « avec » handicap. Mais la pièce va bien au-delà d’une supposée différence, chacun se raconte par la danse, et surtout on raconte l’autre, dans une forme d’empathie ressentie en mouvement.

D’abord « Des mots en corps », chorégraphié par Uma Arnese. Sur le plateau, un trio se lie et se détache, se sépare et se rattrape. De plus en plus frénétiques, les mouvements se transforment en cris. Le spectateur est suspendu aux gestes des interprètes, attendant le prochain sursaut d’émotion. Tout est chargé de sentiments, de l’expression de la danseuse au son des corps sur le parquet. Le plateau redevient calme, les danseurs se rapprochent les uns des autres, et quittent ensemble la scène, pour revenir sous les applaudissements du public.

Photo: Marc Vanappelghem

Photo: Marc Vanappelghem

Puis la seconde partie, « Soi-même comme un autre », créée par Foofwa D’Immobilité. L’éclairage est modifié pour apparaître au travers des grandes verrières de la salle, créant une atmosphère toute particulière. Pendant l’installation, une forte complicité émane des quatre danseuses qui murmurent et sourient. Le peu de musique et la scène nue mettent en évidence les relations entre les danseuses. Chacune se raconte par des gestes, puis prend la parole en se mettant à la place d’une autre. C’est l’empathie qui est au centre de cette création, avec l’appropriation du sentiment de l’autre et sa transmission au public. Les quatre danseuses sont accompagnées par deux interprètes en audiodescription et en langue des signes qui sont des médiatrices entre le spectacle et ses spectateurs, et font partie intégrante de la pièce. Les histoires sont simples et sincères, avec une pointe d’humour, et c’est cette sincérité qui nous touche. Foofwa a atteint son but: chaque spectateur est libre de ressentir, chaque spectateur est un interprète.

Au final, c’est l’authenticité des individus qui frappe, sans artifices ni repli possible.

« Dansehabile » se présente à vous les 25 et 26 septembre à 20h. Profitez encore du cadre magnifique pour cette pièce, car la saison du TO s’achève en beauté!

Texte: Rachel Mondego

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s