Il faut « aimer d’abord »

Cette citation d’André Breton en dit beaucoup sur cette première exposition d’été proposée par la fondation Pierre Arnaud de Lens. Pour la comprendre et surtout pour l’apprécier il n’y a pas besoin de s’y connaitre particulièrement en art ou d’en être un amateur fervent, juste de laisser la curiosité guider ses pas et l’émerveillement l’emporter.

C’est en suivant ce principe qu’a été pensée la scénographie: pas de réel parcourt, excepté celui que vous choisissez ou qui vous choisit parfois, pas d’ordre chronologique ou d’unité géographique. La force de cette exposition est qu’elle s’est donné la liberté de rassembler des objets d’origines et de périodes très variées, mis en parallèle uniquement pour leur esthétique commune, afin de laisser la liberté au spectateur de pouvoir à son tour faire ses propres associations. Aucun lien n’est forcé, à peine suggéré de par la disposition similaires des deux étages et une animation vidéo créée pour l’occasion.

Au premier, consacré à l’art primitif, on découvre des objets d’art et du quotidien, des statues et des instruments religieux provenant de régions aussi éloignées dans l’espace que dans le temps mais qui pourtant s’évoquent par une couleur, une forme ou un motif. A l’étage inférieur, dédié au surréalisme, le principe est le même. Les tableaux, photographies et collages se font également écho mais ce qui fascine, c’est de retrouver un peu, et parfois beaucoup, de ce qui a été observé juste au dessus. Là encore, il n’est pas question de démontrer la ressemblance, à peine de l’évoquer, les liens se font d’eux mêmes. Ils sont ainsi différents selon la sensibilité de chacun, uniques. « C’est tout le portrait de son père ». « Non, il a le nez de sa mère ». Et le nom de l’exposition trouve tout son sens. Ces objets si distincts, venant de tous les continents et de toutes les époques ont effectivement « un air de famille » évident pour certains, plus relatif pour d’autres.

 Max ERNST (1891-1976), Forêt et soleil, vers 1935. Collection privée © François Bertin, Grandvaux; 2014, Prolitteris Zurich

Max ERNST (1891-1976), Forêt et soleil, vers 1935. Collection privée © François Bertin, Grandvaux; 2014, Prolitteris Zurich

Ce lien d’analogie, les surréalistes, collectionneurs d’art aborigène comme André Breton ou Max Ernst, l’avaient déjà fait. On sait d’ailleurs qu’ils s’en inspiraient et, comme le témoigne la nouvelle carte du monde vu par les surréalistes et dessinée par Yves Tanguy, que la découverte ou redécouverte de l’art primitif avait fortement modifié leurs canons esthétiques. Primitif ne signifiait pas reculé, sa définition se rapprochait plutôt de celle d’un art originel ou art des origines car il reflète les expériences sensorielles communes et le fond psychique universel.
On peut alors se demander en quoi cette exposition est unique puisque le lien entre le surréalisme et les arts primitifs n’est pas une nouveauté. Et bien, parce qu’elle propose un regard nouveau sur ce lien en ne l’intellectualisant pas, en laissant la place à l’émotion, en intriguant, en questionnant, en sollicitant la participation active du spectateur, en lui garantissant la liberté d’association, en lui proposant un regard nouveau sur des objets généralement considérés comme ethnologiques plutôt qu’artistiques, en lui permettant d’aimer ou de ne pas aimer mais en tout cas d’éveiller sa curiosité et d’accéder durant quelques instants à une expérience qui le plonge au cœur de l’originel, de l’universel, de l’Homme… et s’il vous fallait encore des raisons pour vous donner envie, ou vous faire regretter de ne pas y être allé, il suffirait de mentionner encore le cadre idyllique dans lequel la fondation expose et, rassurez vous, exposera encore.

Texte: Kelly Lambiel

 Masque de cérémonie Goli, Baoulé (Côte-d'Ivoire), av. 1963. © Tropenmuseum, Amsterdam

Masque de cérémonie Goli, Baoulé (Côte-d’Ivoire), av. 1963. © Tropenmuseum, Amsterdam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s