« Les Misérables » à la Parfurmerie

Au milieu des ténèbres, une vingtaine de jeunes adolescents s’invite sur scène pour nous conter le roman historique, social et philosophique de Victor Hugo. Ce petit monde utilise une flopée de costumes des plus misérables au plus élégants pour rendre réaliste avec succès les différentes saynettes.

Le décor, fait d’images projetées sur un mur de pierre, se transforme en quelques secondes d’un lieu de mer à un lieu de terre, d’un lieu divertissant à un lieu de guerre, d’un lieu rural à un lieu majestueux.

2014.05.04_miserables_dropbox-124

La troupe Acrylique Junior, connue pour ces nombreuses activités pluridisciplinaires, nous livre une pièce aux multiples facettes. Tantôt chanteurs, tantôt danseurs, tantôt comédiens, les acteurs restent quasiment présents tout le temps sur scène pour dépeindre cette littérature française. Ils ont tous un rôle à jouer dans cette tragédie au côté de Jean Valjean, Javert, Fantine, Cosette et Marius. Décortiquant les passages clés des cinq tomes, ils mettent en avant leurs voix, leurs corps et surtout leurs cœurs.

La Pauvreté, la Misère, la Colère et la Guerre défilent durant les deux heures et demie de spectacle. Cette atmosphère, un peu trop chaude à mon goût au sens propre plus qu’au sens figuré,  mélange des moments musicaux aux discours tristes et fatalistes hugoliens. Laissant l’Amour triompher, les personnages sont heureux d’être là, tout simplement.

Aimé et se sentir aimé permettra à chacun de nous d’affronter les épreuves de la vie sans conditions que ce soit au XIXe ou au XXIe siècle. Quoi de plus beau que d’être accompagné sur notre chemin de vie par une personne qui préférera un engagement sur le long terme à une amourette sans lendemain.

Malgré le nombre de divorce qui augmente, les mariages réussis improvisent face aux aléas de la vie. Ce n’est pas pour autant que leurs unions demeurent sans nuages. Ils ont juste trouvé le secret de leurs bonheurs intérieurs que rien ni personne ne pourra perturber. Le noyau conjugal devient une force parmi les diverses périodes difficiles à traverser. Avec cet objectif en tête, ils se sentent plus forts au moment où la tempête se déchaîne et attendent sans impatience la prochaine éclaircie.

On ne sait pas de quoi notre avenir sera fait, mais quoi qu’il arrive, la vie c’est mieux quand on est amoureux !

A découvrir jusqu’au 22 mai au Théâtre de la Parfumerie (www.laparfumerie.ch). 2014.05.04_miserables_dropbox-101

Texte: Jenny Raymonde

Images: D.R.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s