Festival Les Créatives – du 13 au 16 novembre à Onex

A l’occasion de leur 9ème édition, le Festival les Créatives d’Onex propose un programme riche et varié sur le thème de la création artistique féminine. Partant du constat que les femmes sont de plus en plus présentes sur les scènes locales et internationales, alors que ce ne fut pas toujours le cas, la programmation met à l’honneur de jeunes artistes, actives dans des domaines aussi variés que la musique, le cinéma, la danse, le stylisme ou le développement personnel.

Emilie-Gassin-®Thierry-Lebraly-72dpi

Emilie Gassin

Basée à Paris et se produisant pour la première fois à Genève lors de la soirée d’ouverture du festival, la chanteuse et guitariste australienne Emilie Gassin a alterné des mélodies en anglais et en français, dans un style pop-folk. Dans le cadre intimiste du manège d’Onex, joliment agrémenté d’un système de tambours de batterie VJing et paré d’un grand écran de projection, la jeune chanteuse était tout à la fois souriante et volubile.

Reprenant des titres connus et revisités ou interprétant ses propres chansons, notamment son single « A Little Bit of Love », Emilie Gassin a demandé au public d’entonner quelques refrains avec elle, tandis qu’une fillette est montée sur scène pour esquisser quelques pas de danse avec la musicienne, dans une atmosphère décontractée et bon enfant. La soirée s’est poursuivie dans une ambiance festive par un défilé de maillots de bains de la marque Pili Pili, créations de la styliste Nancy Nana. Les jeunes mannequins se déhanchaient dans la salle au rythme de la musique choisie par les djettes aux platines.

Le programme des prochaines soirées s’annonce palpitant et varié : de nombreuses artistes à découvrir, écouter et danser sur des airs jazzy, hip-hop, pop, électro-swing berlinois, funk et afro-beat. Où ? A la salle communale d’Onex (face à l’arrêt de tram) et sur la scène off au manège d’Onex (à 5 min à pied de la salle communale).

Programme et informations détaillées :

http://www.lescreatives-onex.ch

Texte: Sandrine Warêgne    Photo: Thierry Lebraly

La Dame de la mer : à la recherche de la liberté

6_La Dame de la mer, _ O.Porras©M.Vanappelghem

Lumières, couleurs, sons, musique, fumée qui baigne les pieds des comédiens… Dans cette adaptation de la pièce d’Henrik Ibsen, la mise en scène, où l’on reconnaît la patte d’Omar Porras, prend parfois des allures fantastiques.

La musique nous accompagne tout au long de la pièce.  Mozart, Edvard Grieg,  György Liegei, ou Schubert s’échappent des doigts du pianiste Didier Puntos et envoûtent le public dès le début du spectacle.

La Dame de la mer, c’est Ellida. Seconde épouse du docteur Wangel, éperdument amoureux d’elle, rejetée par ses deux belles-filles, elle cache des blessures de son passé qui finissent par rejaillir. Elle a jadis aimé et s’est fiancée à un marin, un étranger, qui a ensuite été obligé de prendre la fuite, mais a promis de revenir…

Les élans et plaies du cœur sont difficiles à percevoir, et pourtant ! Les souvenirs hantent, les bords de la folie se dessinent. Au fil des scènes, les personnages, parfois confrontés à des choix douloureux, apparaissent dans toute leur complexité. Les rapports amoureux se développent, entre envie, dissimulation, révélation, malentendu et acceptation.

Jusqu’au 7 novembre au théâtre de Carouge, venez, vous ne le regretterez pas !

Texte: Jade Sercomanens. Photos: M. Vanappelghem

17_La Dame de la mer, _ O.Porras©M.Vanappelghem