La Dame de la mer : à la recherche de la liberté

6_La Dame de la mer, _ O.Porras©M.Vanappelghem

Lumières, couleurs, sons, musique, fumée qui baigne les pieds des comédiens… Dans cette adaptation de la pièce d’Henrik Ibsen, la mise en scène, où l’on reconnaît la patte d’Omar Porras, prend parfois des allures fantastiques.

La musique nous accompagne tout au long de la pièce.  Mozart, Edvard Grieg,  György Liegei, ou Schubert s’échappent des doigts du pianiste Didier Puntos et envoûtent le public dès le début du spectacle.

La Dame de la mer, c’est Ellida. Seconde épouse du docteur Wangel, éperdument amoureux d’elle, rejetée par ses deux belles-filles, elle cache des blessures de son passé qui finissent par rejaillir. Elle a jadis aimé et s’est fiancée à un marin, un étranger, qui a ensuite été obligé de prendre la fuite, mais a promis de revenir…

Les élans et plaies du cœur sont difficiles à percevoir, et pourtant ! Les souvenirs hantent, les bords de la folie se dessinent. Au fil des scènes, les personnages, parfois confrontés à des choix douloureux, apparaissent dans toute leur complexité. Les rapports amoureux se développent, entre envie, dissimulation, révélation, malentendu et acceptation.

Jusqu’au 7 novembre au théâtre de Carouge, venez, vous ne le regretterez pas !

Texte: Jade Sercomanens. Photos: M. Vanappelghem

17_La Dame de la mer, _ O.Porras©M.Vanappelghem

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s