« Dernières séances », lueurs d’espoir pour le cinéma africain

L’Association  pour la photographie « Focale » à Nyon accueillera du 17 mars au 28 avril le témoignage de l’artiste française Cécile Burban. Une exposition de photos poignantes sur la réalité du cinéma sur le continent africain.

Une artiste indignée

Après avoir travaillé sept ans dans la distribution cinématographique, Cécile Burban se consacre entièrement à une carrière artistique. C’est la rencontre avec le cinéaste malien Souleyman Cissé qui la sensibilise à la situation culturelle en Afrique : après un premier reportage sur le cinéma itinérant au Mali, « Dernières séances » est une exposition qui veut témoigner des difficultés de la culture cinématographique en Afrique.

Projet "DERNIÈRES SÉANCES" , cinéma le Ciné Manding, Bamako, MaliÀ titre de comparaison, la Suisse bénéficie d’un peu plus de 300 cinémas pour 8 millions d’habitants. Le Tchad, par exemple, n’offre pour sa part qu’une salle de cinéma pour onze millions d’habitants.

Dans les années 70’ en Afrique, les salles de cinémas sont passées entre les mains de l’Etat qui, suite à  une reconsidération budgétaire, a rangé la culture en dernière place. Les structures culturelles, très peu rentables, ont donc finalement été vendues et privatisées à nouveau. Aujourd’hui, une salle de cinéma ferme chaque mois sur le continent africain, et c’est par le biais de quelques salles éphémères que le cinéma survit.

Si la première raison d’un tel désengagement est financière, on peut également soupçonner les États de refuser leur soutien à un cinéma africain engagé, susceptible d’éveiller la conscience du public sur des sujets sensibles.

Une artiste engagée

C’est ainsi que l’exposition se veut porte-parole d’une situation passée sous silence. La question est, en effet, uniquement discutée en privé, par des cercles et des associations de personnalités du cinéma africain et de soutien à la culture, mais peu sur la scène politique.

« Ces photos veulent sensibiliser les gens sur l’importance et la place de la culture » déclare Cécile Burban. Sensibiliser, plus généralement, à propos de la situation de tous les pays dans lesquels les salles de cinéma sont menacées et luttent pour leur survie.

Pendant des années, le cinéma a été un lieu de rassemblement communautaire, où enfants, parents, voisins, amis, jeunes et anciens, se rassemblaient dans la joie de vivre un moment magique.  « Des photos chargées d’âme et d’histoire. Ces lieux m’ont saisi par leur poésie ». Aujourd’hui, tout n’est qu’une vaste ruine où demeure toujours l’âme de cette vie passée.

« Ce n’est pas de la mémoire, ce n’est pas terminé, c’est juste entre parenthèses ». À en croire l’artiste, ces salles de cinéma ne sont pas des cadavres mais des corps endormis. Les photos de Cécile Burban montrent que ces structures sont toujours là, toujours présentes, toujours prêtes à accueillir, à nouveau le public. Des images lumineuses, chargées d’espoir, rapportant le portrait de lieux et de gens qui mènent un combat.

Projet "DERNIÈRES SÉANCES" cinéma le Vox, Bamako, Mali

Cécile Burban fait partie de l’association « Les Villages Enchantés », une équipe de bénévoles et de professionnels du cinéma qui apportent la magie et le bonheur du grand écran sur le continent africain.

L’exposition est ouverte de mercredi à dimanche de 14h00 à 18h00. L’entrée est libre. Vous trouverez plus d’informations sur le site web  www.focale.ch.

Matteo Gorgoni

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s