Prix de Lausanne : a men’s year

De la surprise, de l’émotion, à l’occasion du 41ème Prix de Lausanne.

Dans les coulisses, la tension est palpable. Une vingtaine d’adolescents s’échauffent, s’étirent ou écoutent de la musique sur le lecteur MP3 : sac à dos, baskets, bandeaux… Des adolescents comme les autres, à un détail près : ceux-ci sont assis en grand écart et s’apprêtent à participer à la finale du 41ème Prix de Lausanne.

La concentration tend les visages, il est temps pour un dernier regard dans la glace avant le passage sur scène.

23 nationalités étaient représentées par les participants cette année, et parmi les finalistes, on comptait un nombre impressionnant de jeunes hommes : 14 contre 6 demoiselles!

Chaque finaliste était amené à présenter une variation classique et une variation contemporaine sur des chorégraphies de Goyo Montero, Jorma Elo ou encore Didy Veldman, révélant ainsi sur scène deux manières d’être sensiblement différentes. Chose troublante que l’immense maîtrise du corps démontrée par ces jeunes talents : s’ils ont entre 15 et 19 ans, ces adolescents donnent une impression de maturité épatante.

Après le concours, le jury, dirigé par Frank Andersen, se retire pour délibérer, laissant place aux élèves du Houston Ballet II, pour un court spectacle (A dance in the garden of mirth). Si le charme des danseurs est indéniable, souligné par des costumes légers,  noir et strass à volonté, il faut mettre un bémol quand au goût musical des directeurs… Répétitive, criarde et vieillotte, la musique n’a pas su porter les gestes des danseurs, pourtant si enthousiastes.

Finalement, arrive la remise des prix, au grand bonheur du public. Le jeune Adhonay Silva a, du haut de ses 15 ans, décroché le premier prix, ainsi que le prix du public. Une double victoire, que le jeune homme en habits d’arlequin reçois entre deux larmes de joies.

Finalistes Prix de Lausanne 2013 ©John Hottinger

Quant aux autres bourses, elles sont décernées aux Chinois Jinhao Zhang  et Wentao Li , au Canadien Cesar Corrales, à l’Australien Joel Woellner, au Japonais  Masaya Yamamoto, au Portugais Francisco Sebastião et à la seule lauréate du jour parmi tous ces jeunes hommes, la Brésilienne Leticia Domingues.

Leticia Domingues a définitivement capté l’attention du public et du jury : beaucoup de caractère, de précision, d’originalité et de féminité, les ingrédients nécessaires pour rivaliser avec ses homologues masculins!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s